Mobilisation contre la réforme des retraites du 6 février 2020

Depuis deux mois, les mobilisations pour le retrait du projet de réformes des retraites ne faiblissent pas. Preuve en est : les manifestations des 24 et 29 janvier ont rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes. A une large majorité, la population soutient toujours le mouvement.

La semaine dernière, le Conseil d’Etat en donnant un avis négatif à ce projet, a confirmé nos analyses et pointé le flou de cette réforme.

Même le MEDEF s’y met en réclamant le maintien du système par répartition pour les très hauts revenus.

Le gouvernement n’a jamais été aussi isolé et doit faire preuve de discernement en retirant sa réforme.
Non le système actuel n’est pas en danger !
Il peut être amélioré par une meilleure répartition des richesses créées par le travail des salariés et garantir ainsi un départ à la retraite pour tous à taux plein à 60 ans.

REPRENONS NOTRE AVENIR EN MAIN

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, MNL, UNL se félicitent de l’importance des mobilisations pour le retrait du projet de réforme des retraites du Gouvernement.
Le soutien de la population au mouvement social s’amplifie, des initiatives unitaires sont prises sur tout le territoire, les journées de grèves et de manifestations du vendredi 24 et du mercredi 29 janvier ont encore rassemblé des centaines de milliers de personnes.

C’est la preuve d’un rejet massif des propositions portées par le Gouvernement.

L’avis du Conseil d’État est un désaveu cinglant à la stratégie gouvernementale. Cette réforme est décidément injuste et dangereuse. Il confirme nos analyses d’une réforme qui méprise les formes réglementaires et législatives et, sur le fond, fait ressortir le flou du projet. Il pointe les biais de l’étude d’impact et des 29 ordonnances auxquelles le texte du projet de loi renvoie comme autant d’éléments qui masquent la réalité de la réforme. Il contredit les engagements de compensation aux dégâts de la réforme que le gouvernement avait fait miroiter pour certain-es catégories.

A la veille de l’ouverture de la « conférence des financeurs », nos organisations syndicales réaffirment leurs propositions d’augmentation des recettes des régimes de retraites, qui passent par une meilleure répartition des richesses créées par le travail des salarié-es.
Une mobilisation historique par sa force et sa durée, le soutien sans faille de l’opinion publique, l’avis du Conseil d’État : le projet de réforme des retraites n’a jamais été si fragile.

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, MNL, UNL appellent l’ensemble du monde du travail et la jeunesse à poursuivre et à amplifier, dans tous les secteurs, la mobilisation dès maintenant et tout au long du débat parlementaire qui s’ouvre la semaine prochaine par des actions diversifiées : rassemblements, retraites aux flambeaux, dépôts d’outils symboliques des métiers, etc. Il n’y aura pas de trêve. Des actions de mobilisation sont déjà prévues la semaine prochaine. Le 5 février, les organisations soutiennent l’initiative de mobilisation des organisations de jeunesse et encouragent à construire des initiatives locales et diversifiées.

Elles appellent à faire du jeudi 6 février une nouvelle journée interprofessionnelle de grève et de manifestations à l’occasion du début des travaux de la commission spéciale de l’Assemblée Nationale.
Elles appellent à interpeller les parlementaires. Elles mettent en perspective des actions de mobilisation notamment la semaine d’ouverture des travaux à l’Assemblée Nationale et tout au long des débats parlementaires. Elles décident de se réunir à nouveau le 6 février au soir.

TOUS ENSEMBLE EN MANIFESTATION JEUDI 6 FEVRIER 2020

Les liens utiles :

– Pour en savoir plus, lire le 4 pages CGT
Solidarité avec les grévistes.
Quand et avec combien je partirai !

Retraites : 12 idées reçues à combattre

Ce guide d’auto-défense – rédigé par Anaïs Henneguelle, maîtresse de conférences en économie à l’Université de Rennes 2, membre du collectif d’animation des Economistes atterrés – a pour vocation de fournir des arguments à tous ceux et toutes celles qui s’opposent à la réforme des retraites, mais sont souvent démunis face aux éléments de langage (parfois faux, la plupart du temps incomplets ou simplistes) qu’on leur oppose.

Très bon travail de synthèse à voir sur atterres.org. Merci !

Le doc avec les arguments (pdf).

Mobilisation contre la réforme des retraites : La lutte continue

Au rythme des révélations, des à peu près, nous vous invitons à rejoindre la grève et les manifestations du jeudi 9 janvier et des jours suivants.

Pour savoir où se trouve la manifestation près de chez vous : ici.

Le 9 janvier et les jours suivants, l’histoire dépendra de nous. Si la mobilisation s’élargit le gouvernement sera contraint de reculer et de retirer sa réforme. (La suite).

Bonne grève et manifestation !

RETRAITES : Tous mobilisés demain mardi 10 décembre 2019

Le jeudi 5 décembre, nous étions 1,5 millions dans la rue :
Amplifions le bras de fer demain MARDI 10 DÉCEMBRE dans les manifestations !
La carte des rdv.

Retraite et Mat

Scandaleux : le gouvernement nous parle d’une retraite solidaire et juste mais en fait depuis le début, c’est pour encore s’en mettre plein les poches !

En mars 2019 ? la CGT dénonçait les rapprochements du gouvernement avec la Sté Américaine BlackRock de fonds de pension … (sur Youtube)

NE LAISSONS PAS LES FINANCIERS PRENDRE LA MAIN SUR NOS RETRAITES !

Delevoye Administrateur

Comment comprendre la réforme des retraites si vous n’avez pas « suivi » ? (sur le site de l’UGICT)

Pour écouter Philippe Martinez sur France Inter. (Service Public, qui doit plus avec moins…)

Ensemble nous sommes plus fort !

Et si vous voulez vous donnez une meilleure idée de ce qui vous attend sur la retraite.lol !

TOUS EN GRÉVE ET MANIFESTONS LE 5 DÉCEMBRE

Pour ne pas finir comme Josette ! manifestons le 5 décembre …

Josette Webdesigner
La retraite en ligne de mire

Pour mieux comprendre vous pouvez lire l’article consacré au faux déficit des retraites sur Médiapart.

Ou découvrir le calculateur de votre future retraite.

Jeudi 5 décembre, soyons nombreux à nous opposer à cette réforme des retraites et contre la casse de nos services publics !

C’est quand qu’on arrête ?

Une très bonne synthèse de la réforme des retraites en BD (facile à lire) et qui n’omet aucun des aspects de la dite réforme (façon réforme de l’Assurance Chômage).

Ces derniers jours, j’ai voulu savoir ce qui nous attendait avec la réforme des retraites. Conclusion : le rapport Delevoye, c’est le coup final porté à la solidarité intergénérationnelle. J’explique pourquoi, en images.

C'est quand qu'on arrête (Emma).
La suite chez Emma.

Retraite: stoppons le projet de régression sociale

Le projet gouvernemental confié depuis près de 2 ans à Jean Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, prend forme. Ce dernier fait des annonces au coeur de la période estivale, après un simulacre de concertations orchestré pour détourner l’attention de la population sur les vraies raisons de cette nouvelle réforme régressive.

Au nom de « l’équité » personne ne sera épargné, actifs comme retraités toutes et tous perdants !

Le système Macron par points est injuste

Il est destiné à faire des économies sur le dos des salariés en accélérant la baisse de leurs pensions et en reculant l’âge d’accès à une retraite pleine et entière. La mise en place de nouvelles décotes recule l’âge réel de la retraite à 64 ans voire 65 ans.
Le retraité partant à l’âge légal de 62 ans, même avec une carrière complète (43 ans) verra sa pension amputée d’une décote de 10%.

C’est la fin de notre système de retraite calculé en trimestres et des mécanismes de solidarité

Aujourd’hui, 15 millions de retraités (sur les 16 que compte le pays) bénéficient d’au moins un dispositif de solidarité !
Dans un système à points, il n’y a pas de périodes retenues mais non cotisées comme dans un système par annuité. Tous les aléas de la vie professionnelle ont un impact sur la retraite et nécessitent d’être compensés, avec le risque que la compensation soit insuffisante. Par exemple avant de pouvoir bénéficier de points retraite couvrant les périodes de maladie, d’invalidité… Il faudra décompter une période de carence plus ou moins longue : 30 jours perdus pour un arrêt maladie.

Petits boulots = petits salaires = petites retraites !

Avec les points, les pensions vont chuter de 10 à 30% : les mauvaises années vont être comptabilisées (les plus petits salaires, le temps partiel subi, les périodes de chômage ou de précarité…), en lieu et place des meilleures années actuellement.

C’est donc bien une double peine pour les femmes, les malades ou invalides, les jeunes précaires ou les privés d’emploi !

Le régime universel par points, c’est la disparition des 42 régimes de bases et complémentaires existants, qui prennent en compte toutes les spécificités professionnelles et réparent les inégalités ou les contraintes particulières des différents métiers.

C’est surtout la suppression des dispositifs de départ anticipés liés à la pénibilité pour de nombreux travailleurs. Avec ce système, la retraite redeviendra l’antichambre de la mort pour celles et ceux dont l’espérance de vie est réduite par leurs métiers.

Un système par points au service de la finance au détriment des retraités

Ce système de retraite s’inscrit dans un projet de société construit sur le modèle libéral : il met en place un mécanisme purement gestionnaire et comptable de la retraite.

Les points acquis pendant la vie professionnelle ne garantiront pas un niveau de pension suffisant.

La valeur du point au moment de la retraite sera tributaire de la conjoncture économique ou démographique, et sera-t-elle décidée à Bercy ou à Bruxelles ?

Cela peut changer et donc baisser chaque année.

Les pensions ne seront plus déterminées en référence aux salaires, mais dépendront de la situation économique du pays. En cas de récession économique ou d’explosion du nombre de départs à la retraite, le point baissera et la pension sera plus faible. En Allemagne ou en Suède où un tel système existe, le montant des retraites a baissé fortement et rapidement (92% des suédoises ont déjà perdu).

La retraite de demain se construit dès aujourd’hui

Pour la CGT, il faut au contraire préserver et améliorer notre modèle social. Pour gagner de meilleures retraites, il faut augmenter les financements assis sur les cotisations sociales, part de notre salaire socialisé.

Ensemble, nous devons exiger :

    Des droits garantissant dans tous les secteurs professionnels la possibilité d’un départ dès 60 ans,
    Une pension d’au moins 75 % du revenu net d’activité (pour une carrière complète) sans que celle-ci ne puisse être inférieure au SMIC. La ré indexation des retraites sur le salaire annuel moyen et non sur l’inflation, facteur de décrochage de pouvoir d’achat entre les actifs et les retraités.
    La reconnaissance de la pénibilité au travail cette dernière ne devant pas être une fatalité. L’aménagement des fins de carrières avec un droit à un départ anticipé à la retraite à taux plein à 55 ans voire 50 ans pour les métiers les plus pénibles est la garantie d’une espérance de vie en bonne santé pour toutes et tous.
    La prise en compte pour les jeunes des années d’études, de formation et de recherche du 1er emploi.

    La suppression des exonérations de cotisations sociales (dont la transformation du CICE en exonérations) pour dégager 20 milliards d’euros supplémentaires pour le financement des retraites

    L’égalité salariale entre les femmes et les hommes c’est 6,5 milliards d’euros pour les retraites.

Pour gagner de meilleures retraites, de meilleurs salaires, des services publics pour tous et partout, Mobilisons-nous le 24 septembre.

Le tract (format pdf) : retraites-24092019

Le dossier de l’UGICT.

La réforme des retraites ou le travail sans fin

lundi 24 juin 2019, par Jean-Marie Harribey

Dans sa déclaration de politique générale le 12 juin 2019, devant l’Assemblée nationale, le Premier ministre, Édouard Philippe, a confirmé le projet de réformer le système de retraites avant la fin de l’année. On le savait déjà, le gouvernement entend changer de fond en comble le système en instaurant un régime par points applicable à tous. Comme l’accumulation de points se fera sur l’ensemble de la carrière professionnelle de chacun, il est impossible d’échapper à une baisse des pensions, surtout pour ceux et celles qui auront eu des parcours de précarité, de chômage, de temps partiel, etc. Cette baisse des pensions individuelles se fera d’autant plus que la part des pensions dans le PIB est figée pour toujours autour du pourcentage actuel de 13,8 % et que les pensions ne seront indexées au mieux que sur les prix et non pas sur les salaires et sur l’évolution de la production.

La suite chez Attac

durée du travail en Europe
durée du travail en Europe