Il va falloir rendre des comptes… (tract d’appel à la grève du 5 février 2019)

Face au mécontentement populaire qui pose la question de la justice fiscale et de la rémunération du travail, le gouvernement fait du zèle pour éviter que le patronat et les actionnaires ne soient montrés du doigt. Le débat est biaisé et les mesures annoncées sont toutes aux frais du contribuable, jamais des patrons.

Face à la puissance de l’argent, nous devons construire la puissance du nombre ! C’est le seul moyen d’imposer les vrais sujets. Que ce soit par la rue, l’occupation les ronds-points, ou par les négociations d’entreprise, les employeurs et les actionnaires ne rendront de comptes que s’ils y sont contraints. L’Ugict, la CGT des ingés, cadres et TAM, décrypte les raisons de la colère…
[La suite]

Pôle Emploi à l’heure numérique


Fonctionnement interne, expériences utilisateurs, fracture numérique, illectronisme… Comment s’opère la transition numérique de Pôle Emploi ?

L’inspiration de Ken Loach à voir sur le Monde Diplo.

L’inquiétude des agents chez Bastamag.

Les points à négocier dans le cadre de la convention tripartite : ”

Au sujet de l’expérimentation du Journal de bord, l’Unédic affirme l’importance de veiller à ce que ce ne soit pas utilisé ou perçu comme un outil de contrôle. De même, elle insiste sur la nécessité de faciliter la tâche des chômeurs ayant des difficultés avec le numérique

“. Lire la suite sur LinkedIn.

Sur Libération : Radiations : «Pôle Emploi verse d’une main des indemnités et les reprend de l’autre»

Une autre histoire de la Sécu

Pour mettre les choses en perspective :

[…] La réponse tient en quelques mots : la mise en place d’un régime général de couverture sociale qui non seulement mutualise une part importante de la valeur produite par le travail, mais qui en confie aussi la gestion aux travailleurs eux-mêmes. Croizat n’invente pas la sécurité sociale, dont les éléments existent déjà ; il rassemble en une seule caisse toutes les formes antérieures d’assurance sociale et finance l’ensemble par une cotisation interprofessionnelle à taux unique. […]

Lire la suite.

Va voir ton délégué

Documentaire

Droit de suite
Gilets jaunes : quelle place pour les syndicats ?
Diffusée le 13/12/2018 sur LCP

C´est un ras le bol. Une révolte visible, forte et parfois violente des plus démunis. Que nous révèle, au juste, le mouvement des gilets jaunes sur l´état du dialogue social dans notre pays ?
Nous nous posons la question dans ce Droit de Suite.
Pour commencer, notre documentaire, « Va voir le délégué ». Ou comment 5 salariés ont choisi l´engagement syndical. Ils n´appartiennent pas au même syndicat, mais tous, portent les revendications de leurs collègues, avec chez chacun d´eux, l´espoir d´une justice sociale…

Et l’UL de Montreuil \0/

Manifs du 14 décembre

    – A Paris à 12 heures 30 à République.
    – A Strasbourg à 10 heures 30 place de Bordeaux.
    – A Montpellier dès 9 h devant le MEDEF zone de Tournezy et à l’appel de l’intersyndicale à 14 h au départ du Peyrou.
    – A Lyon à 11 heures 30 Place Jean Macé.
    – A Bordeaux , rassemblement à 11 heures 30 place de la République.
    – A Nantes à 14 heures 30 à Beauséjour.
    – A Lille à 14 heures 30 porte de Paris.

Actus des négociations du régime d’assurance chômage

“La délégation CGT est venue signifier que l’urgence pour les travailleurs privés totalement ou partiellement d’emploi était de lutter contre la précarité, favorisée par les réformes du gouvernement et l’usage de plus en plus développé qu’en fait le patronat. Nous avons porté les quatre-pages de nos propositions et déchiré symboliquement la lettre de cadrage du gouvernement qui exige 3,9 milliards d’euros d’économies sur le dos des chômeurs, en ciblant particulièrement les travailleurs précaires”. (la suite dans le document ci-dessous).

assurance chômage – écho des négos n 1 du 12 nov 18

Par ailleurs la CGT porte nombre de revendications dans le cadre de ces négociations. Voir le tract ci-dessous :

20181023_AssuranceChomage_4pages

Où va l’intelligence artificielle ? Un colloque CGT

Colloque CGT « Où va l’intelligence artificielle ? »

Mardi 6 novembre, la CGT organise un colloque sur l’Intelligence Artificielle, de 8h30 à 17h30, au siège de la CGT, 263, rue de Paris, à Montreuil.

Dans le cadre de cette journée, il s’agit d’interroger les enjeux de l’Intelligence Artificielle : quels développements et quelle utilisation de l’IA ? Quelle place pour l’intelligence humaine ? Quelles transformations du travail et de son organisation ? Quels nouveaux enjeux de formation ?

Qu’il s’agisse, en effet, des impacts sur le travail humain, les métiers et l’emploi ou des moyens que supposent le développement et la maîtrise de l’IA, plusieurs orientations sont possibles entre une IA au service du progrès, via par exemple la réduction du temps de travail ou, à l’inverse, une IA permettant la parcellisation du travail, les biais démocratiques ou l’accroissement des inégalités.

Tous les domaines seront affectés (santé, alimentation, communication, éducation, culture, transports, etc.) et la CGT considère que l’intervention citoyenne et salariée peut et doit changer le cours des choses car il existe bel et bien des alternatives aux modèles technologiques et économiques qui dominent aujourd’hui.

Cet événement sera l’occasion de préciser la vision et les propositions de la CGT en la matière, pour que progrès technologiques riment avec progrès humains, économiques, sociaux et environnementaux.

Notre réflexion, nos propositions et notre vision doivent s’étoffer et ce colloque entend y contribuer.

Bullshit Jobs (Job à la con)

Description

“Considéré comme l’un des penseurs les plus importants de ce début  de siècle, David Graeber revient après cinq ans d’enquête pour analyser  la notion de Bullshit job ou « Job à la con », née sous sa plume et qui a fait le tour du monde.

L’auteur du succès de librairie Dette : 5000 ans d’histoire, postule  ici que la société moderne repose sur l’aliénation de la vaste majorité  des travailleurs de bureau qui sont amenés à dédier leur vie à des  tâches inutiles et sans réel intérêt, tout en ayant pleinement  conscience de la superficialité de leur contribution à la société.

En effet, alors que le progrès technologique a toujours été vu comme  l’horizon d’une libération du travail, ce phénomène désignant des  emplois vides de sens, inutiles ou superficiels concerne un nombre de  plus en plus important de travailleurs…

Un ouvrage salvateur et lumineux !”

Retrouvez l’ensemble des émissions par ici, et une conférence au Collège de France.